Fête de travail : Une journée placée sur le signe de revendications par les travailleurs congolais.

2019-05-01

Les travailleurs congolais en général et Lushois en particulier ont également célébrés la journée du 1er mai, journée mondiale du travail. À cette occasion notre rédaction est allée à la rencontre de quelques uns. Ces derniers ont décidé de placer cette journée sous le signe de revendication notamment à ce qui concerne leurs conditions sociales. « Les impressions sont bonnes par rapport à la journée, mais mauvaises par rapport au social » lance Madame Zelly Kena une travailleuse venue participé au défilé organisé à cette occasion. « Nous sommes venus défilé, qu'est-ce qu'on a laissé à la maison ? » s'inquiète-t-elle avant d'ajouter ce qui suit : « Nous revendiquons par rapport à la fête. Nous fêtons quoi? Nous fêtons la misère ! Nous voulons qu'on améliore les conditions sociales de tous les travailleurs » Monsieur Vincent Kapenga est syndicaliste. Lorsque nous l'avons approché, ce dernier garde la même attitude de revendication comme Madame Zelly. « En fait cette journée est placée sous le signe de revendication. Nous avons des problèmes. Il y a par exemple le SMIG qui n'est pas appliqué correctement » déclare-t-il. « Il y a dans tous les secteurs pratiquement des réactions, des revendications par rapport aux conditions de travail. C'est pour ça que nous plaçons cette journée sous le signe de revendication pour que l'État congolais, les employeurs comprennent qu'ils doivent mettre l'homme au centre de leurs préoccupations et que l'homme soit considéré comme un homme » ajoute-t-il. Pour lui, Il faudrait donc qu'il y est une juste redistribution de la production pour que tout le monde y trouve son compte. Par Richard Muteta