Lubumbashi : Les journées internationales de recherche en sciences de la santé à l'Université de Lubumbashi.

2019-06-16

Du 12 au 14 Juin 2019, le chapiteau du Pullman Grand Karavia a abrité les Journées internationales de recherche en sciences de la santé. Les participants à ce forum recommandent: - La mise en place d’un comité de suivi des résolutions prises dans ce genre de rencontres pour l’amélioration de la santé. Ce comité peut prendre corps avec le noyau des scientifiques présents en ce lieu et s’étendre progressivement à d’autres ; -L’apport d’un appui financier suffisant par le pouvoir public: (i) aux personnes et institutions qui peuvent mettre au point les Médicaments Traditionnels Améliorés (MTA) ; (ii) à la recherche en appuyant les universités et les centres de recherche. Cela permettra de valoriser et promouvoir la Médecine Traditionnelle pour le développement de nouveaux médicaments et l’offre des soins adaptés à nos cultures. En effet, la RD Congo dispose des ressources naturelles immenses non seulement minières mais aussi végétales et fauniques qui peuvent servir au développement des médicaments en partant surtout des connaissances endogènes de la médecine traditionnelle ; -La mise en place par l’Etat congolais d’une législation et une réglementation adaptées pour la médecine traditionnelle, à l’instar de certains pays africains ; La mutualisation des capacités par le réseautage des compétences au niveau local et national, qui est indispensable pour constituer une force agissante par la construction d’une masse critique, d’un cerveau collectif mieux coordonné, qui peut rapidement imposer sa notoriété et pousser les décideurs politiques à agir dans la bonne direction ; La pluridisciplinarité ou la transversalité comme voie de conception des solutions dans le domaine de la santé ; car la plupart des problèmes rencontrés naissent à l’interface Animal-Homme-Nature, les impliquant simultanément ou progressivement et excluant le monopole d’une discipline dans la recherche de la solution ; Le renforcement et/ou la redynamisation de la surveillance des médicaments circulant en R.D. Congo, et particulièrement dans la Province du Haut-Katanga, pour assurer la qualité des soins ;  Le renforcement des capacités des Pharmaciens de la Division Provinciale de la Santé et l’Inspection Provinciale de la Santé en contrôle qualité des médicaments ; Le renforcement des capacités des ressources humaines et matérielles de la Faculté des Sciences Pharmaceutiques de l’Université de Lubumbashi pour assurer efficacement la formation en Contrôle Qualité et en Assurance Qualité des médicaments et produits de santé ; L’utilisation rationnelle des antibiotiques par les professionnels de santé et l’instauration de la surveillance de la résistance aux antibiotiques en milieu hospitalier et l’implication dans le système national de surveillance de la lutte contre la résistance aux antibiotiques (RAM) ; La vulgarisation de la signification scientifique du poison Karuho, pour lever les équivoques dans la compréhension générale. Par Jonathan Kamunga /Presse UNILU