ITW de F. Tshisekedi : «Félix Tshisekedi a reconnu clairement que son élection comme tant d’autres continuent à poser problème. » Yves Mosengo (Tribune)

2019-06-30

Il m’a été demandé de faire une analyse du corpus politique assez particulier de l’entrevue de Félix Tshisekedi ce 29 Juin 2019 sur France 24. D’une manière générale, je dirai que c’est une entrevue politique majoritairement dominée sur des questions restées pendantes depuis la proclamation des résultats controversés des élections présidentielles et aussi sur des interrogations liées à l’émanation de son pouvoir politique. Quant à la forme, je pense qu’il a bien parlé dans un français simple et plus acceptable. Preuve qu’il a été préparé cette fois dans cet exercice souvent pas facile. 7/10. Quant au fond, ça reste discutable sur beaucoup des points mais je retiens au moins qu’il a reconnu clairement que son élection comme tant d’autres continuent à poser problème mais qu’il faudrait plutôt le dédouaner si jamais les résultats proclamés n’ont pas reflété la volonté populaire. Dans ses mots, c’est à cause du fait qu’il n’y a pas eu au préalable un recensement de la population! Dans le même registre, Il reconnaît ouvertement que les résultats de la cours constitutionnelle sont “inacceptables” mais il n’offre aucune piste des solutions pour résoudre cette crise post-électorale. Plus important, il reconnaît aussi qu’il y a eu un deal politique d’abord verbal et ensuite un autre deal politique plus détaillé en cours de rédaction entre lui et son prédécesseur. Par conséquent , il se contredit par rapport à son intervention en Namibie où il a dit qu’il n’y avait aucun deal politique précédent les élections! De ce fait, il paraphrase d’une manière claire que son parti politique l’UDPS est désormais partie intégrante de la majorité parlementaire étant donnée que l’UDPS et le PPRD sont des partis qui prônent la social-démocratie (Les individus dotés de qualités et défauts semblables souvent s'associent ou forment des couples). En conclusion, Félix Tshisekedi confirme des consultations régulières avec son prédécesseur suite à son expérience dans la gestion du pays pour obtenir des avis mais que cela ne devrait pas faire de lui une marionnette mais plutôt un vecteur unitaire de la coalition entre l’UDPS et le FCC. Pour ceux qui n’ont pas compris bien entendu les partisans fanatiques, Felix sous-entend que le déboulonnement du système Kabila ou une dissolution du parlement et du sénat ne sont qu’une illusion. Par la Rédaction