Sommet des premières dames : « Si nous voulons atteindre notre objectif d'augmenter l'espérance de vie de 60 à 75 ans d'ici 2063, nous devons lutter contre le cancer. » (Recommandation)

2019-07-07

En marge du 33e sommet de l’Union Africaine qui se tient ce week-end à Niamey au Niger, les premières dames des pays africains réfléchissent dans leurs assemblée des premières dames qui est à sa 23e édition sur la baisse sensible du taux des mortalités causé par le cancer. « Les boissons et les cigarettes sont moins chères dans la plupart des pays africains que dans les pays occidentaux, où une taxe sur ces produits tend à être intégrée dans les politiques de santé. » interpellent les femmes des Chefs d’Etats Africains. Pour Alain Toledano, spécialiste du cancer de l'Institut Rafael à Paris, s'est félicité de cette initiative. « L'Afrique est à juste titre principalement préoccupée par les maladies contagieuses », a déclaré Toledano, président de l'Association franco-africaine de cancérologie. Mais il a ajouté que le principal problème qu'ils avaient oublié était le cancer. « Dix-neuf millions de personnes mourront d'un cancer chaque année, dont 70% dans les pays les plus pauvres", a-t-il déclaré. » Il y aura donc des millions de morts en Afrique. « Si nous voulons atteindre notre objectif d'augmenter l'espérance de vie de 60 à 75 ans d'ici 2063, nous devons lutter contre le cancer », a-t-il ajouté. Il est important d'investir non seulement dans le traitement, mais également dans les tests permettant de dépister la maladie plus tôt, a-t-il déclaré, ajoutant que les investissements dans ce domaine seraient rentables. « Les populations en meilleure santé sont celles qui travaillent plus, qui consomment plus et qui coûtent moins cher », a-t-il expliqué. Ce sommet s’est tenu sous le thème : Le fardeau du cancer en Afrique. Par la Rédaction