Kalemie : Richard Ngoy dément avoir laissé une dette de 5 millions USD au Tanganyika. (Point de presse)

2019-07-12

L’ancien gouverneur du Tanganyika, Richard Ngoy Kitangala, ne reconnait pas avoir laissé une dette de 5 millions des dollars américains à sa province. Dans un point de presse tenu mercredi 10 juillet à Kinshasa, il admet avoir plutôt contracté en 2016 un prêt de 1 500 000 USD, auprès d’Afriland FirstBank, pour financer des travaux à impact visible au profit de la province. "Ce prêt avait servi à l’acquisition des imprimés de valeur pour la nouvelle régie financière, la DGRTAN. Nous avions lancé quelques projets prioritaires à impact visible entre autres, l’ouverture de la Route Lukwangulu, longue de 12 Km, la réhabilitation de l’avenue Circulaire, la réhabilitation et l’équipement du siège de l’Assemblée provinciale, la réparation du charroi automobile de l’Office des routes, utilisé pour la réhabilitation de l’avenue circulaire", détaille l’ancien gouverneur. Malheureusement, a-t-il poursuivi, "la province n’a pas été en mesure de rembourser cette dette en deux ans à cause notamment du manque des moyens et de la modicité de la rétrocession". "C’est ainsi que ce prêt a généré des intérêts mais pas à la hauteur de 5 millions de dollars", explique l'ancien gouverneur du Tanganyika sans fournir plus des détails. Aux allégations de plusieurs mois d’arriérés de salaire des membres de son cabinet, Richard Ngoy Kitangala dit qu’il n’a laissé qu’un passif de trois mois qui, ajoute-t-il, ont été partiellement liquidés par son vice-gouverneur. Il qualifie de "fausses accusations", les allégations tenues par son successeur Zoé Kabila lors de la présentation de son programme. Lors de la présentation son programme à l’Assemblée provinciale le 3 juillet dernier, le nouveau gouverneur du Tanganyika avait en effet affirmé que son prédécesseur a laissé à la province une dette de plus de 5 millions de dollars sans justification. Il disait se fonder sur les conclusions de la commission chargée d’auditer la gestion du gouvernement Kitangala, mise en place le 3 juin dernier, par l’Assemblée provinciale du Tanganyika. L’ancien gouverneur estime que ces conclusions visent à ternir son image et conseille à son successeur de ne pas se laisser distraire par les opportunistes et des conflits tribaux et communautaires. Par la Rédaction