Tshopo : Crise à l'Université de Kisangani : Mgr Marcel UTEMBI : " des réunions techniques vont être tenues cette semaine pour la reprise effective des activités."

2019-04-02

De retour de Kinshasa pour plaidoyer auprès du pouvoir public de la commission d'évaluation des dégâts causés par un groupe d'étudiants de l'Université de Kisangani en date du 07 février dernier , Mgr Marcel Utembi archevêque de Kisangani et président de la CENCO a présidé une réunion ce lundi 01 avril au bâtiment administratif de cette université. A l’ordre du jour, la restitution de ce que les délégations se sont dit avec le président de la République à Kinshasa. Autour de la table, la délégation des facilitateurs issus des églises catholiques et protestantes, celle de la tripartite et des forces de sécurité. Après la réunion, Monseigneur Marcel Utembi s’est confié à la presse au nom de la délégation des églises : « Des réunions techniques vont être tenues cette semaine pour envisager la reprise effective des activités. Notre délégation va notamment rencontrer les étudiants le mercredi 3 avril prochain pour baliser la reprise des activités académiques et les mettre devant leur responsabilité ». Mgr Utembi a profité du micro de la presse pour dire aux étudiants que l’acte qu’ils avaient posé a été « condamné à l’évidence par tout le monde et même par le président de la République ». Pour le président de la CENCO, les étudiants ont certes exprimé leur pardon, mais ils doivent poser d’autres gestes concrets. Depuis deux semaines, des négociations impliquant les églises sont en cours à la suite d’une décision du Recteur ai ordonnant le déguerpissement des étudiants résidents au Village Koli, Complexe Elungu et Monaco. La décision faisait suite à la grève illimitée déclenchée par les professeurs. Pour la lever de grève, ces derniers exigeaient : le déguerpissement des étudiants du Complexe Elungu, le rachat des biens brûlés, des sanctions exemplaires à l’endroit des étudiants impliqués et l’affectation du Complexe Elungu à d’autres fins. Depuis lors, Le Bâtiment administratif et les homes concernés sont désormais gardés par des policiers armés. Le 7 février dernier, un groupe d’étudiants survoltés avaient mis à feu trois véhicules et dix motocyclettes devant le Bâtiment administratif de l’Université de Kisangani. Le lendemain, ils s’en étaient pris aux professeurs résidents dans les parages en saccageant leurs biens. Ils réclamaient la libération de deux des leurs arrêtés dans le cadre d’une enquête sur le meurtre d’un homme à côté du Complexe Elungu, l’un des homes étudiants réputés pour leur violence.(propos de Mgr Marcel UTEMBI recueilli par Jean Fundi Kiparamoto). Par Serge SINDANI